Europe unie ou Europe des Nations

Je suis plutôt partisan d’une Europe unifiée, mais en l’absence d’une Europe unifiée, l’Europe des Nations est parfaitement acceptable.

Je rejette par contre la situation actuelle de l’Europe.

Aujourd’hui l’Europe n’est ni unifiée, et les nations qui la composent s’en trouvent laminée. Nos lois se décident au niveau de l’Europe et nous n’avons pas un vrai contrôle sur celle-ci. l’Europe vit le drame de toutes les situations intermédiaires.
Pour fusionner plusieurs nations, les nations doivent renoncer à certaines de leurs prérogatives, pendant ce laps de temps la nations perdent une partie de leur poids international.
Malheureusement au lieu d’accélérer l’unification on tergiverse.

Pour unifier l’Europe, quelques questions doivent être posées?

Si nous abordons un processus unificateur nous devons peser l’ensemble des données.
Il n’est pas possible d’unifier l’Europe sans déterminer une langue commune. Il n’existe que trois candidates:
- le latin (j’admire les juifs d’avoir adopté pour Israel la langue de leurs premiers pères: l’hébreu, ils ont montré qu’adapter une langue ancienne au monde moderne est possible)
- l’anglais (la solution la plus vraisemblable, si on adopte l’anglais il doit impérativement être correct)
- le français (la langue des lumières tuée par Napoléon (regret), les guerres napoléoniennes créèrent une résistance forte à la pratique du français, l’anglais su en profiter)

Nous devons enfin aborder le système politique: démocratie, certes mais démocratie veut dire tout et son contraire.
Je pense que nous devrions aborder les choses sur bases de la constitution US, cela implique:

- Un président (les USA ont un régime présidentiel, le sénat et les représentants contrôlent le gouvernement, mais les USA fonctionnent parfaitement avec un gouvernement sans majorité, le cas quasiment depuis 50 ans, les présidents démocrates durent composer avec des chambres conservatrices et vice versa.) Signalons qu’un décret présidentiel vaut 50% des votes, si une des chambres vote à 50,1% des voies contre le décret sera bloqué (il y a des exceptions).
- Des chambres.
- Une délimitation des matières régionales, en Europe il faudra plutôt aborder les choses sur l’angle régionalo-communautaire (Exemple fusion de la communauté française, de la France et de la partie francophone de la Suisse dans la communauté française d’Europe).

Place de la religion en Europe.
La laïcité stricte de la France est une particularité française. (dans leurs constitutions, l’Irlande se réfère à la Sainte Trinité, l’Allemagne à Dieu, etc.)
Il faut différencier la religion et la culture.
La religion est une pratique cultuelle
La culture est la structure dans laquelle nous nous développons, il ne fait aucun doute que hors les langues particulières, la structure dans laquelle nous évoluons est le judéo-christianisme et les légendes (reliquat du paganisme), mais aussi la philosophie (particulièrement de l’antiquité greco-romaine) et la science moderne.

- La religion 0 mène nos pays au nihilisme et au relativisme culturel.
- Trop de religions peut mener au fanatisme et aux particularismes.

Une laïcité intelligente devrait reconnaître que l’Europe est de culture judéo-chrétienne et que cette culture doit être intégrée dans l’éducation.

Mais l’Europe doit aussi préserver la liberté individuelle (pas extensible à l’infini) autrement dit elle ne peut permettre que les religions constituées déterminent nos politiques:

Je soutiens aujourd’hui des accises sur la pilule et la redistributions de ces accises en faveur des allocations familiales (quel bon chrétien dira-t-on) Mais si demain notre croissance démographique serait telle qu’il serait impossible qu’une large partie des enfants accèdent à un emploi stable, je soutiendrai tout ce qui permet de limiter les naissances. Nous devons rester pragmatiques pas idéologues. Tout système politique doit privilégier la stabilité et déterminer ses lois sur les perspectives et non sur les lendemains qui chantent.

En dehors d’une détermination ferme sur une langue commune, sur un système politique commun et sur une structure culturelle commune, il vaut mieux en rester à l’Europe des Nations.

Nous devrons aussi nous déterminer en tant que puissance, et donc reconstruire une armée digne de ce nom

- cela implique de porter nos armements nucléaires à 2000 têtes
- 30 sous-marins (5-10 de première frappe, et les autres comme destroyers conventionnels)
- la construction de 8 à 12 porte-avions est impératif
- nous devons nous inspirer du DDX (classe zumwalt US) pour nos futurs croiseurs et destroyers (capacités radar, canons AGS, missiles intelligents)

SI NOUS VOULONS ÊTRE UNE NATION MILITAIRE FORTE NOUS DEVONS NOUS UNIFIER. 2 portes avions pour la France c’est beaucoup, mais 10 pour l’Europe c’est normal.

Les Nations sont une force, L’Europe peut devenir une super nation, la première du monde. Mais actuellement son indécision est telle que cela devient dangereux pour elle et pour les nations qui la composent. Nous sommes comme un homme qui vient de lâcher une corde et qui n’a pas encore attrapé la seconde, autrement dit il peut se retrouver au sol.

Laisser un commentaire